© 2017 et suivantes Les Jacinthes. 

Kinésithérapie

La kinésithérapie en neuro-pédiatrie et neurologie.

 

la kiné " classique ": Massage, Mobilisation et Gymnastique médicale.

Le massage est un excellent moyen d'entrer en contact avec les personnes handicapées. Il sécurise, instaure un climat de confiance et développe tout le côté sensoriel..

Les mobilisations entretiennent les articulations et freinent l'évolution des rétractions musculaires. Indispensables pour faciliter l'habillage, le change, la toilette, etc. et par conséquent, aident les parents et les éducateurs dans leurs tâches quotidiennes..

La gymnastique médicale préserve l'autonomie du patient ou conserve les acquis. Dans certains cas, elle améliore les capacités physiques du sujet. Elle se pratique souvent sous forme de jeux (psychomotricité).

La Kiné "respiratoire": certains jeunes ne parviennent pas toujours à bien dégager les bronches (en cas de bronchite par exemple). Nous les aidons alors à vider les voies respiratoires en exerçant des pressions et percussions sur le thorax (clapping).

 

  

Techniques de rééducation en neurologie

 

Il existe différentes " écoles " comme par exemple Bobath, Kabat, Temple fay, Vojta, Tardieu, Petö, Le Métayer (N.E.M.) pour ne citer que celles-là . Elles utilisent, entre autres, la stimulation des propriocepteurs afin d'acquérir un travail du système neuro-musculaire. Nous avons choisi de travailler avec les N.E.M., niveaux d'évolution motrice.

Cette méthode s'adresse aux I.M.C. aux hémiplégiques, aux traumatisés crâniens et aux autres handicapés cérébro-lésés.

un enfant naît avec une sorte de motricité pré-programmée et prévisible. C'est ce qu'on appelle la motricité automatique. La pratique des N.E.M. se sert de ces réactions comme moyens de rééducation. En effet, par des stimulations précises, nous essayons de développer ces automatismes, espérant ainsi déclencher des mouvements volontaires corrects. Il faut encore préciser qu'une personne, atteinte d'une lésion cérébrale, présente très souvent des contractions musculaires parasites (schèmes pathologiques dominants) empêchant partiellement, voire totalement, son développement moteur